LA FORÊT DEVENUE ÎLE

La chronologie isotopique établit avec précision les alternances glaciaires-interglaciaires qui vont se succéder à partir de la fin du Miocène. Sundaland et Bornéo, comme toute la planète, sont alors irréversiblement affectés par les modifications majeures des écosystèmes et les importantes variations du niveau des océans.

 

Durant le Miocène moyen (17-13Ma), une phase de réchauffement développe les forêts subtropicales jusqu’en Europe. Unique phase de réchauffement de ces 30 derniers millions d’années, les humanoïdes sortent d’Afrique et prennent la direction de l’Eurasie et de l’Europe. Le climat est plus sec et l’Australie devient semi-aride. Les changements climatiques et écologiques sont très importants. Les courants marins vont être profondément modifiés par le rattachement de l’Afrique à l’Asie, la séparation de l’Amérique de l’Antarctique et l’émergence de l’Himalaya qui favorise la mise en place de la mousson indienne. Les mammifères, et les herbivores en particulier, se développent à la faveur de ces nouveaux habitats et les échanges Amérique du Nord/Eurasie et Afrique/Eurasie s’intensifient, bénéficiant d’un détroit de Béring à sec d’une part, de la collusion Afrique/Eurasie d’autre part. A la fin du Miocène, début du Pliocène (5-1,8Ma), le climat global se refroidit, l’air s’assèche. Il annonce l’avènement d’une nouvelle phase paléo-climatique caractérisée par un retour des glaciations dites « quaternaires ». La température moyenne de la planète chute. Bornéo et la région se couvrent de savanes.

  At 120 m before present level, the bulk of the Sunda and Sahul shelves were largely exposed and formed massive lowland connections between present day islands in this region and adjacent continents. Sumatra, Java and Borneo are connected by the exposed Sunda Shelf.

Journal of Biogeography, 27.Maps of Pleistocene sea levels in Southeast Asia:shorelines, river systems and time durations.Harold K. Voris Field Museum of Natural History, Chicago, Illinois, USA.

Au cours du Pléistocène (2,6Ma-12000BP), les glaciations qui se produisent vont avoir des effets climatiques globaux sur l’ensemble de la planète avec des répercutions extrêmement importantes sur la géographie, la faune, la flore et bien sûr les premiers humains. Lors de ce brutal refroidissement, les calottes glaciaires des deux hémisphères vont s’accroitre au point de modifier l’axe terrestre et son ellipse. Des glaciers apparaissent dans toutes les chaines montagneuses. Quatre grandes glaciations vont se succéder d’une durée moyenne de 90 000 ans. Elles seront entrecoupées par des périodes dites inter-glaciaires, courts épisodes de réchauffement d’une durée inférieure à 15 000 ans. Au début, un cycle complet dure en moyenne 40 000 ans. Puis ils vont alterner de plus en plus lentement jusqu’à atteindre 100 000 ans; l’épisode froid (90 000 ans en moyenne) dominant largement l’épisode tempéré (15 000 ans en moyenne). Cette modification des cycles n’est toutefois toujours pas expliquée de façon satisfaisante. La connaissance précise des différentes phases de cette période cyclique provient de la mesure des isotopes de l’oxygène enregistrés dans les carottes polaires et dans les noyaux de calcite des fonds marins. Elles sont numérotées paires, dans le système MIS (Marine Isotope Stages) pour les périodes glaciaires et impaires pour les interglaciaires.

foretile

Aurore dans la forêt tropicale humide de Bornéo. Monts Müller, Kalimantan Centre, Indonésie. Copyright Bertrand Claude.

Lors de ces refroidissements globaux, la formation des calottes glaciaires continentales fixe de très grandes quantités d’eau et abaisse le niveau de la mer de plus de 120 m par rapport au niveau actuel, ouvrant des passages, comme le détroit de Béring, ou découvrant des péninsules. Il y a 74 000 ans, au début du MIS4, les conditions climatiques sont devenues extrêmement froides et sèches. L’oscillation australe El Nino déclenche des sécheresses et une mousson réduite en Asie suivie, 15 000 ans plus tard, au début du MIS3, par une augmentation de la température et une résurgence de la mousson d’été. Elle provoquera une des périodes les plus humides de l'histoire de l'Asie du Sud-Est, il y a environ 45 000 ans. Puis, elle sera suivie d'une nouvelle dégradation brutale du climat mondial qui redevient glacial et d’une aridité extrême, le MIS2, dernière période glaciaire avant aujourd’hui. La faune et la flore, déjà adaptée à la sécheresse et au froid, élargissent une fois encore, leurs gammes. A chacune de ces périodes, le niveau des océans fluctue de plusieurs dizaines de mètres, exposant et reliant de nombreuses terres auparavant submergées, comme ce sera le cas entre l’Australie, la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande, l’Inde et le Sri-Lanka, la Chine et Taïwan, la Grande-Bretagne et l’Europe. Vers la fin de cette période glaciaire (12 000 BP), un réchauffement global se produit qui provoque une élévation rapide du niveau des océans. Le plateau continental de Sundaland est submergé par cette soudaine montée des eaux. Bornéo, coupée du continent, se retrouve isolée. La forêt est devenue île.

Parc National de Meru Betiri, Java Est, Indonésie. Copyright Donald O'Hare. Courtesy jezohare.com.

Bertrand Claude