Notre personnalité :

Rompue aux problématiques complexes et forte de son expertise acquise dans les nouvelles technologies, Eliotrope propose depuis 10 ans ce savoir-faire aux marques de grande consommation.

Fortement créative, l'agence conçoit des actions de communication dont l'originalité et la précision permettent d'obtenir d'excellents résultats..

L’agence a dans son ADN la culture du résultat. Les actions que nous développons pour nos clients son concrétisées par des outils et valorisées par des résultats, que nous vous invitons à découvrir

Nos outils :

Nous entretenons un dialogue régulier et constructif avec nos clients. Les efforts de communication de l'équipe sont concrétisés par :

  • Un reporting hebdomadaire par email et mensuel par écrit.
  •  
  • Une revue de presse numérique quotidienne en PDF et mensuelle imprimée.
  •  
  • Un site web, avec une salle de presse pour les journalistes qui rend compte de l’actualité de chacun des clients, (communiqués en texte et PDF,  visuels en vignettes et hautes résolutions, annonces des événements…) : www.eliotrope.fr
  •  
  • Une newsletter en html mensuelle : ElioNews destinée à toute la presse, qui rappelle les principales annonces de nos clients diffusées pendant le mois.

Photos & copyright Jean-François Chavanne

article de Mark Johnson publié le 5 December 2016, sur son blog The Tribal Beat.

J'étais curieux de la revoir à nouveau, trois ans plus tard, afin de déterminer si le temps avait modifié mon opinion.

Cette année, lors de mon séjour à Paris pour le grand spectacle tribal de Parcours des Mondes, j’ai pu rencontrer Bertrand Claude, le propriétaire de la célèbre (ou tristement célèbre) sculpture Dayak condamnée lors de cette même manifestation en 2013. Il m’a aimablement offert l’opportunité de revoir cette statue en privé. J'étais curieux de la revoir à nouveau, trois ans plus tard, afin de déterminer si le temps avait modifié mon opinion. Malgré ma réponse extrêmement argumentée et postée sur mon blog, «Un lynchage à Paris», et l'absence totale de preuve probante que la pièce est un faux, seule une minorité d’acteurs du marché de l'art tribal est prête à soutenir publiquement son authenticité. La plupart prétendent « qu’ils ne savent pas avec certitude » afin d’éviter de prendre parti dans cette controverse. Ce qui est triste dans cette affaire, c’est qu’une rumeur aussi légère et disgracieuse au sujet d’une pièce manifestement authentique, sans parler du bombardement de critiques, puisse créer une telle panique parmi les marchands et les collectionneurs. Trop de pièces sont jugées suspectes car trop d’acteurs du marché de l’art se forment une opinion avec leurs oreilles et pas avec leurs yeux. J’avoue avoir eu moi-même ce défaut et avoir probablement raté certaines pièces parce que j’ai écouté au lieu de regarder. Parfois, lorsqu’un buzz négatif est en place, il est important d’être prudent mais, au bout du compte, nous devrions former notre propre opinion en usant de logique s’appuyant sur des faits observables plutôt que d’écouter le bruit environnant.

Je dois avouer que j’ai ressenti, une fois de plus, le même « flash », la même réaction viscérale, que celle éprouvée en 2013.

Ceci dit, revenons à la pièce. La sculpture était placée à l’extrémité d’un vaste hall d’entrée baignant dans une faible lumière. Je dois avouer que j’ai ressenti, une fois de plus, le même « flash », la même réaction viscérale, que celle éprouvée dans le sous-sol de la galerie Schoffel-Valluet en 2013. La statue dominait totalement l’espace, émanant puissance et menace, exactement ce qu’on attend de toute figure traditionnelle de gardien Dayak. Disposant de plus de temps, j’ai pris soin de l’examiner sous tous les angles et de la déplacer pour examiner chacune de ses faces dans la lumière. Toutes les surfaces indiquent un processus d’érosion ancien et naturel. Re-examinant tous les arguments, je n’ai trouvé aucune preuve qui puisse indiquer que cette pièce soit un faux. En outre, j'ai été en mesure de jeter un oeil attentif au sommet de la tête de la figure pour vérifier une fonctionnalité que j'avais raté en 2013. Mis à part une érosion convaincante, j'ai trouvé les restes d'un poteau rectangulaire se projetant vers le haut. J'ai rencontré cette même caractéristique, souvent avec un modèle d'érosion semblable, sur beaucoup d'autres figures anciennes Dayak. En supposant que la section de poteau d'origine soit plus grande, cela indique souvent que la sculpture faisait autrefois partie d'une structure architecturale qui supportait probablement une traverse ou une planche. Il est fréquent chez les groupes Kayan de Kalimantan Est de sculpter des personnages de gardiens dans les postes de soutien qui supportent des plateformes funéraires (ou autres rituels) ou des cryptes. Une autre possibilité, en supposant que le pilier était à l'origine plus court, est qu'il ait été utilisé pour tenir un précieux gong en bronze. De toute manière, indépendamment de son utilisation, c'est une caractéristique commune trouvée sur les sculptures traditionnelles de ce type. À mon avis, cela donne du poids supplémentaire en faveur de l'authenticité de cette statue.

Il doit être ressuscité et placé à une position respectable dans le canon de l’art Kayan des Dayak.

Il est peu probable que les sceptiques changeront d'avis ou que ses supporters parleront assez fort pour faire la différence, mais mon honnête opinion est que, non seulement cette sculpture en bois est authentique, mais aussi qu’il s’agit d’un travail d’importance de l'art de Bornéo. Il doit être ressuscité et placé à une position respectable dans le canon de l’art Kayan des Dayak.

Mark Johnson